A+ A A-

Vers un nouvel art lyrique...

frise-web


Jouant très volontairement sur les anachronismes en mêlant le récit poético-historique à une enquête télévisuelle, le rap aux chants des troubadours, le slam et le dub reggae à la musique médiévale et arabo-andalouse, le théâtre à la vidéo, la trilogie Crozada d’Uei interprétée par les comédiens, chanteurs et musiciens de l'Entrebescar, fait éclater au grand jour, en pleine période de huit centième anniversaire, l’actualité criante de la croisade contre les Albigeois.

L’association Quai Griolet Productions, créée en avril 2009 autour de Patrick Hutchinson (Poète, docteur ès lettres, chercheur en littérature d’oc médiévale) a voulu faire de cette période une occasion de revenir sur la signification de cette croisade et dépasser la simple commémoration en présentant une nouvelle mise en valeur de la Chanson de la Croisade (Canso de la Crosada), grand texte poétique en langue d’oc du 13e siècle.

Le projet Crozada d’Uèi s’articule autour d’un spectacle mené par l'Entrebescar, une équipe passionnée pluridisciplinaire pour rendre présents les enseignements de la Croisade. Chant et musique traditionnelle, poésie, théâtre, dub raggae, slam et rap s’entremêlent pour amorcer une réflexion contemporaine sur une Croisade qui continue aujourd’hui encore (et sans doute plus que jamais !), à marquer les esprits en soulevant la controverse, et en travaillant en profondeur nos mémoires.

L’Europe du 21ème siècle est plus que jamais invitée, non pas à la commémora­tion, mais au travail mémoriel. La Croisade contre les Albigeois est bel et bien l’un des carrefours majeurs, un moment-clé de son histoire, et ne concerne pas les seuls languedociens et autres méridionaux, même si elle les concerne bien en premier lieu. 

C’est ainsi que nous n’avons pas craint de jouer avec les anachronismes en mê­lant le récit poético-historique à une enquête télévisuelle sur la croisade albigeoise : au drame et à la poésie épique de la Chanson de la Croisade se mêlent la mise en scène parodique et presque burlesque du talk-show contemporain, aux accents cristallins du grand chant des trobaïritz et des trobadors se mêlent les rythmes de la guitarina et de la mandole de Marc Bellity, du rap, du slam et du dub reggae de Mauresca Fracas Dub, Jo Corbeau et Yellow. 

Ce travail de réécriture redonne toute sa vivacité à la langue et fait remonter en filigrane la saveur de cette véritable « langue sous la langue » que représente dans nos régions l’occitan des trobadors.