A+ A A-

Clara d'Anduza : En greu esmai

Clara_Manu_1

Clara d'Anduza : En greu esmai et en greu pessamen

Mélodie originale composée et interprétée pour Crozada d’Uei par Delphine Aguilera.

Tous droits réservés.

 En greu esmai et en greu pessamen

an mes mon cor et en granda error

li lauzengier e.l  fals devinador,

abaissador de joi e de joven;

quar vos qu'ieu am mais que res qu'el mon sia

an fait de me departir e lonhar,

si qu'ieu no.us puesc vezer ni remirar,

don muer de dol, d'ira e de feunia.

Cel que.m blasma vostr' amor ni.m defen

non pot en far en re mon cor meillor,

ni.l  dous dezir qu'ieu ai de vos major

ni l'enveja ni.l dezir ni.l talen;

e non es om, tan mos enemics sia,

si.l n'aug dir ben, que non lo tenh' en car,

e, si 'n ditz mal, mais no.m pot dir ni far

neguna re que a plazer me sia.

Ja no.us donetz, bels amics, espaven

que ja ves vos aja cor trichador,

ni qu'ie.us camge per nul autr' amador

si.m pregavon d’autras donas un cen;

qu'amors que.m te per vos en sa bailia

vol que mon cor vos estui e vos gar,

e farai o; e s'ieu pogues emblar

mon cor, tals l'a que jamais non l'auria.

    

Amics, tan ai d'ira e de feunia

quar no vos vey, que quan ieu cug chantar,

planh e sospir, per qu'ieu non puesc so far

ab mas coblas que.l cors complir volria.

   

 

Traduction de Patrick Hutchinson vers le français moderne :

 

 

Clara d’Anduza: En greu esmai…

 

Les langues de vipère et les délateurs,

Ceux qui avilissent jeunesse et joie

M’ont mise en angoisse et en désarroi,

Désirant faire fausse route à mon cœur ;

Vous que j’aime plus que chose au monde,

Ils vous chassent et nous ont séparés,

Ainsi ne puis vous voir ni contempler,

Ce dont meurs de rage, de tristesse immonde.

  

Qui me sermonne de ne plus vous adorer

Ne peux en rien améliorer mon cœur,

Encore moins empêcher le doux désir

Qu’ai de vous, ni l’envie, ni son feu de brûler:

Qui que ce soit – même mon pire ennemi ! –

Qui dira de vous du bien, est à chérir,

Et s’il en médit, rien qu’il puisse faire ou dire

Ne saurait éveiller en moi la moindre envie.  

N’ayez jamais, ami, le moindre affolement

Que je sois fausse envers vous en mon cœur,

Ni qu’envers un autre mon penchant se leurre

Même si toutes les dames du monde m'en supplient;

Car amour qui me tient pour vous sous serment

Veut que mon cœur–corps vous soit étui,

Et il le sera ; et si je pouvais par magie

M’enlever, tel m’a qui n’aurait que du vent.

    

Ami, tant enrage de désespérance

De ne plus vous voir, quand je crois chanter

Me plains et soupire; en chantant ne puis réaliser

Ce que le corps-coeur voudrait accomplir.