A+ A A-

(A Lombers/Azalaïs...)

Doria Balanç 538

A Lombers (Azalaïs)
Auteur, mise-en-voix : Patrick Hutchinson
Extrait du spectacle ‘Lo Dich de Melusina’ (Les Poèmes de Crozada d'Uei, 2016)
Enregistrement, diffusion : Maya, Radio Zinzine (Aix-en-Provence, 2005)
Version occitane: Danielle Jullien

La chose immense de l'été est là.
Un épervier fait de lents cercles sur la crête
entre Dadou et Agros
Et nous avons demandé des nouvelles
à la sauterelle,
si elle connaissait encore
‘cubertz entresens’, le langage des entendedors
mais il n'y restait plus,
à Lombers, qu'un conciliabule
de ronces et de chardons
un tertre de calcaire
rond comme un sein de femme
là où à peine deux pierres
sont restées debout
l’une sur l’autre
et plane le silence de l’Histoire, avec l’épervier

C'est pourtant là qu'elle attendait
tournant en rond
à l'intérieur de murs
peut-être grossiers,
filant la laine, ou les vers d'une chanson,
se regardant dans l'acier poli,
ou extirpant les points noirs
au nez d'un écuyer (qui se trouverait peut-être
également être son cousin nourri),

Là-haut à Lombers sur les contre-forts,
où il ne reste plus
qu'une croix sans légende
commémoration austère
des derniers résistants
du Maquis de Vendôme,
(Au bas de la colline l’on trouve cette plaque :
‘fusillé par l'occupant
pour avoir refusé de livrer ses camarades’ )

 

Une femme seule
dans un château hypothéqué
aux murs humides - ou peut-être pas - aux salles
imposantes
et vides désormais,
aux voûtes basses,
où les rats gambadent dans la paille, les mouches
en sarabande tourmentent
la soif des grands chiens,
agacent la somnolence
des hommes d’armes,

Une femme seule
(ou presque,
N’étaient une mère vieillie, quelques servantes
à peine corvéables, une amie de compagnie).
Une de trop jolie, aux yeux pers,
au visage très-ouvert et presque terrible
de simplicité,
belle de franchise, anxieuse et ardente
blonde sous la coiffe, à peine coquette,
A peine hautaine,

Les yeux rivés sur la plaine en bas,
ou de l'ouvrage souvent détournée
pour filtrer le bruit du vent, des pas,

Une de trop légère, de trop jolie
- qui là-haut, devant sa liseuse,
écoutait, attendait, attendait
quoi... au juste ?
... le pas d'un cheval courant, le martèlement des armes
le cliquetis des harnachements, mêlés
aux rires, aux railleries, au chant,

Un signe intrépide, fixant la rencontre,
enjouement, chaleur, prestance
en tout cas, qui tiendrait lieu de présage, truculence
de la cause de Paratge,
de Joven et d'amors, du droit de porter une robe
de soie cramoisie,
de courir à cheval les bois et les coteaux
en compagnie de son coral amic,

et d'entendre une bona canso
nou bien ficelée
avec le dire de sa prouesse et de sa beauté neuves
en bas dans la cour.

(A Lombers/Azalaïs...)

Doria Balanç 535

Es aquí la causa immensa de l'estiu.
Un esparvièr fa de lents cercles sus l'acrin
entre Dadou e Agròs
E avèm demandat de novèlas a la sautarèla,
se coneissiá encara
"cubertz entresens" lo lengatge dels entendedors
mas, a Lombers, i demorava pas pus qu'un conciliabul
de romecs e de caucidas
un tèrtre de calcari
redond coma possa de femna
aquí ont doas pèiras a pena demòran levadas
una sus l'autra
e plana lo silenci de l'Istòria amb l'esparvièr

Es aquí pr'aquò qu'esperava èla
virant en redond
al dintre de las muralhas
benlèu grossassas
fielant la lana, o los vèrses d'una canson
s'agachant dins l'acièr lissat, o esquichant los vèrmes de pèl
al nas d'un escudièr (que seriá tanben, benlèu son cosin noirit)

Amont a Lombers sus los contrafòrts
ont demòra ren
qu'una crotz sensa legènda
comemoracion austèra
dels darrièrs resistents
del Marqués de Vendôme
(en bas de la còla se tròba aquela lausa
fusilhat per l'ocupant per aver refudat de liurar sos companhs)

Una femna sola
dins un castèl ipotecat
de las parets moissas- o benlèu pas - de las salas
impausantas
e voidas desenant,
de las vòltas bassas
ont los ratasses guimban dins la palha, las moscas
en sarabanda secutan
la set dels grands gosses
agarrisson lo penequejar
dels òmes d'armas,

una femna sola
(o gaireben
alevadas una maire vielhida, qualquas sirvèntas
a pena ajoatadas, una amiga de companhiá).

Una qu'es tròp polida, dels uèlhs pers,
de la cara grand duberta e gaireben terribla
de simplicitat
bèla de franquesa, anxiosa e ardènta
saura jos la coifa, just un pauc faròta
just un pauc auturosa,

los uèlhs pegats sus la plana en bas,
de son obratge mai d'un còp desvirada
per filtrar lo bruch del vent, dels passes,

una qu'es tròp leugièra, qu'es tròp polida
que, amondaut, davant sa legidoira
escotava, esperava, esperava
de qué... exactament ?
...lo pas d'un caval galaupant, lo martelejar de las armas
lo cliquetejar dels arnèsques, mesclats
als rires, a las trufariás, al cant

un signe intrepid per fixar lo rescontre,
alegresa, calor, prestança
quicòm que tendriá luòc de presatgi, truculéncia
de la causa de paratge
de jovens e d'amors, del dret de portar una rauba
de seda cremesina,

de córrer a caval los bòsques e las costièras
en companhiá de son coral amic

e d'ausir una bona canso
nou plan adobada
amb lo dire de sa proësa e de sa beutat nòvas
en bas dins la cort.

Doria Balanç 528

(Version occitane de Danielle Jullien)

Extraits

Nothing to show. You must configure the data source of the widget.