A+ A A-

Épique

Canso de la Crosada: La 'Battle' de Latran IV (Extrait de traduction en cours...)

 

images3

La ‘Battle’ du Latran IV

Extrait du chantier en cours d’un projet de traduction
De la ‘Canso de la Crosada’ (Chanson de la Croisade)
AUTEUR : L’Anonyme de Toulouse
(Troubadour non-identifié XIII° siècle)
Texte de référence fondamentale
pour la création du spectacle sériel Crozada d’Uei
Edition : MARTIN-CHABOT, Eugène (1931-1961). La chanson de la croisade albigeoise,
Paris, Les Belles Lettres, vol. II, pp. 37-77
Traduction en cours Patrick Hutchinson
Tous droits réservés

...Revenons-en au comte : il s’en est allé faidit,
Par terre et sur mer, il a trop été meurtri ;
Quoiqu’il puisse en être, Dieu et le Saint Esprit
Ont fait, par miracle, qu’il s’en soit sorti ;
Le voilà avec son fils, et peu de compagnie,
Dans Rome, tous les deux de se retrouver ravis.
L’un dit à l’autre que Dieu est leur seul ami.
Avec eux le comte de Foix, parleur aguerri,
Arnaud de Villemur, au courage bien garni,
Pierre-Raimond de Rabastens, sage et hardi,
Et beaucoup d’autres, bien remontés, enhardis
A défendre le droit, si on les contredit,
Car la Curie est noire de monde.

Du Seigneur Apôtre, homme de Dieu, un vrai,
La Cour est pleine, et tel boucan s’y fait,
Car on tient Concile, avec mille et un délégués
Des prélats de l’Eglise ; y sont convoqués
Cardinaux et Evêques et Prieurs et Abbés
Et comtes et vicomtes, de nombreuses contrées.
Le comte Raimond et son fils beau à souhait
De l’Angleterre venant en serviteur grimé,
Sans nulle suite, sauf un ami bien trié,
Traverse toute la France au milieu des dangers,
Pour débarquer à Rome, summum du sacré.
Le Pape dit qu’absolution lui soit accordée,
Car jamais ne naquît jeune homme mieux né,
Plus adroit, plus vif, aux traits mieux dessinés ;
Du meilleur lignage qui fut ou a été,
De France, d’Angleterre, d’antique lignée.
Et voilà le comte de Foix, brave et distingué,
Qui, face au Pape, s’agenouille pour insister
Que les terres de ses aïeux lui soient restaurées.
Le Pape regarde l’enfant, aux traits distingués,
Et il sait son lignage, et par quels procédés
L’Eglise et le Clergé l’ont de tout dépossédé :
De pitié, de douleur il est vite accablé,
Et soupire et pleure, avec le cœur déchiré.
Mais ici ne se trouve droit, ni foi, ni pitié.
Car voici que le Pape, très savant et rusé,
Devant toute la Cour, et les barons invités,
Montre, par l’Ecriture et en des mots bien affutés
Que le comte de Toulouse n’est plus exposé
A ce qu’on l’accable, ni à être dépouillé,
Le disant bon croyant en ses dires et ses faits.
Mais à cause d’un accord entre eux en secret
Et contraint par les prelats dont il sait l’inamitié,
Il saisit toutefois sa terre, s’en attribuant l’autorité,
Puis refile à Montfort la charge de la garder,
Tout en lui en retranchant la pleine propriété.
Ce dont le comte n’a pas le cœur bien léger
Car qui perd sa terre dans l’angoisse doit errer;
Alors, devant le Pape, suivant l’ordre arrêté,
Le comte de Foix, aux arguments bien tournés,
Commença à parler...

Lire la suite

L'Avilissement - Ancêtre littéraire en palimpseste de Crozada d'Uei (1990-2008)

 Patrick Hutchinson

Crozada

«Tout ce qui est soumis au contact de la force est avili, quel que soit le contact.
Frapper ou être frappé, c’est une seule et même souillure. Le froid de l’acier est pareillement
mortel à la poignée et à la pointe. ....Toutes choses en ce monde sont exposées
au contact de la force, sans aucune exception, sinon celle de l’amour ».

Simone WEIL, L’inspiration Occitanienne

 

(Moi, Bermond de Sommières…)

Me voici à nouveau au soleil d’hiver
Qui recommence la carrière de sa jeunesse
Dans les éblouissantes prémices de l’année,
Au pied de la Tour Bermonde,
Entre deux époques,
Entre deux vies,
Entre deux hypothèques,
Entre deux dames,
Entre trois pays,
Entre deux années,

Qui grelottes un peu et m’appuies
En chancelant sous les coups bas
Contre de vieux murs oubliés,
Contre un rêve de dissidence défait
Seulement dans les années quarante
Du siècle treizième, avec la soumission
De Pierre-Bermond, mon aîné,
Seigneur d’Anduze, Satrape de Sauve,
Défenseur à ses heures
De la Lex Wisigothorum,
Semence d’Arien, de cathare
Et d’une lignée qui refusa déjà
La chasse aux Juifs, la conversion de Récarède,
L’imposition du rite de Rome à Tolède
(Dixit Sidoine Apollinaire)
Cinq ou six siècles plus tôt,
Et pris fort mal les ingérences
De Charles Martel, Maire d’Austrasie
- Pierre-Bermond VII de Sauve-Anduze,
Allant à Canossa en Avignon,
Le cousin du comte de Toulouse,
Le beau-frère du Plantagenêt,
Le dernier appui des Trencavel,
Ce dont personne ne se souvient.

Lire la suite

Extraits

Nothing to show. You must configure the data source of the widget.