A+ A A-

Hérésie du Paratge ? L'Effet de la Croisade Albigeoise sur les valeurs nobiliaires méridionales

Par Claudie Amado

Peire_Vidal_01Le bouleversement provoqué par la croisade albigeoise n'atteint pas seulement le cadre matériel des sociétés nobiliaires, à un niveau moins immédiatement visible, l'édifice des valeurs nobiliaires est lui aussi perturbé. Pendant les vingt années couvertes par la Chanson de la Croisade (1209-1229), les réseaux languedociens de sociabilité et de solidarité établis depuis plusieurs générations sont détruits ou fortement menacés; tandis que les cours animées par les seigneurs Trencavel et certains de leurs proches barons disparaissent brutalement, celles qui gravitent autour des comtes de Toulouse sont en sursis. Une partie de l'aristocratie méridionale voit ainsi s'effacer ses repères

Lire la suite

‘Negotium pacis et fidei’ et/ou « Pays exposé en proie»...?

Michel Roquebert

 

stgilles10

Le récit désormais ‘classique’ des événements par le maître historien de la Croisade et auteur best-seller de L’Epopée Cathare et Les Cathares

 

 

 

 

 

 

L'armée se rassembla en Bourgogne au printemps 1209 et descendit la vallée du Rhône, sous la conduite du chef de la légation pontificale, Arnaud Amaury, abbé de Cîteaux. Sa mission était claire: mener à bien le negotium pacis et fidei, l'affaire de la Paix et de la Foi, nom offiiciel de la croisade - la notion de paix incluant non seulement la paix civique, qu'on estimait violée par les trop nombreux routiers qu'entretenaient les grands féodaux, mais la « paix des âmes » troublée, bien entendu, par l'hérésie... Les moyens à mettre en oeuvre étaient simples: obtenir des seigneurs et des consulats urbains des serments garantissant à la fois la paix civique, par le renvoi des mercenaires, et la paix des âmes, en chassant les hérétiques et en prenant les armes contre leurs protecteurs. Refuser de « jurer la paix » serait se dénoncer comme complice d'hérésie, passible donc d'arrestation et de confiscation des biens - ce pourquoi l'armée des croisés, précisément, se trouvait là.

Lire la suite

« Tuez-les tous ; Dieu reconnaîtra les siens.»

Fernand Niel, Réné Nelli

Em_pnico_e_resolvida_a_preservar_a_f_apostlica_a_Igreja_institucional_caiu_na_infeliz_armadilha_de_corrigir_um_erro_com_outro_erro_a_Cruzada_Albigense._Foi_decretada_por_Inocncio_III_em_1208Les questions et les controverses qui entourent le Sac de Béziers (22 Juillet, 1209) ne datent pas d’aujourd’hui. Suffit déjà à nous le rappeler le fait que, en dépit de plusieurs décennies de recherches savantes, ce texte des années 1960, apparamment écrit à quatre mains (non signé, sans attribution directe) par deux pionniers extra- (ou para-) universitaires de l’Histoire du Catharisme et de la Croisade, depuis lors resté inédit, n’a pourtant rien perdu ni de l’urgence de son actualité, ni de son acuité critique sur les questions essentielles.

 

 

Béziers occupe une place tristement célèbre dans l'histoire de la croisade contre les Albigeois. La plus ancienne cité de France fut, en effet, le théâtre de l'épisode le plus effrayant de cette croisade et, peut-être aussi, l'un des plus poignants de l'histoire de l'humanité, pourtant riche en événements de ce genre.

Lire la suite